Psychorigides Mode d’emploi

Psychorigides Mode d’emploi

Très sûre d’elle en apparence, froide, imbue de sa personne, égoïste, possessive et jalouse, c’est la reine du « tu dois, il faut », souvent tatillonne, elle veut tout contrôler et accorde très peu sa confiance… Voilà quelques remarques peu engageantes que l’on peut faire sur la personne psychorigide.

Ça vous rappelle quelqu’un ???
Peu douée pour la communication, la personne psychorigide ne peut pas s’empêcher de décider de tout : les vacances, les menus, les activités, les horaires, qui doit faire quoi et à quel moment… Un seul avis compte : le sien ! Et bien sûr elle a toujours raison, bref un véritable tyran qui vous donne l’impression d’être nul, inexistant, et qui vous rabaisse constamment, histoire de bien asseoir sa soit disant supériorité, qui en fait est le reflet de son manque de confiance en elle. Alors comment faire si vous en avez une dans vos parages ? Voici quelques conseils qui pourront peut-être vous aider à mieux comprendre et (peut-être !) mieux supporter cette personnalité difficile …

Un peu de théorie
La psychorigidité fait partie des mécanismes de défense des personnalités obsessionnelles, c’est une réaction protectrice inconsciente du « moi » destinée à trouver un équilibre entre les pulsions et les exigences de la vie sociale.
Vous reconnaitrez l’obsessionnel à ses autres traits de caractère très typiques : le perfectionnisme. Il étudie, vérifie et planifie jusqu’à «sa» perfection, l’ordre : tout est rangé et organisé, la rigueur morale. Il est très à cheval sur les règlements, les horaires, et le doute : la moindre décision est analysée et provoque scrupules et interrogations.

Évidemment cela en fait une personne dénuée de fantaisie et émotionnellement assez pauvre (d’ailleurs, souvent elle se suffit à elle-même). Vous la reconnaitrez à sa posture : désespérément raide (comme dans sa tête) !

Passons à la pratique
Vous vous êtes reconnue ou vous avez reconnu quelqu’un ? Que faire pour mieux vivre lorsque vous avez identifié le caractère psychorigide ? En effet ce sont de grands anxieux et souvent il ne « savent » pas faire autrement que de tout régenter, cela les rassure mais peut leur apporter aussi de la dépression. Heureusement, les choses peuvent évoluer dans un sens plus épanouissant. Chacun a des ressources intérieures pour évoluer.

Seulement voilà, la personne psychorigide ne reconnait absolument pas que son attitude puisse être problématique. Eh oui ! puisqu’elle a toujours raison, elle ne se remet que très rarement en question, seules les difficultés récurrentes de sa vie (chômage régulier, problèmes familiaux, divorces etc…) peuvent lui indiquer qu’il faut éventuellement adapter sa vision des choses … Le dialogue peut être parfois entendu, à condition de leur laisser finalement décider !

Plaisir, spontanéité, humour, légèreté : de doux mots que ces personnes ont bien du mal à intégrer…

Quelques conseils

• Se faire aider : Seule une psychothérapie ou une psychanalyse peuvent l’aider, qu’elle puisse avoir un regard neutre pour lui renvoyer les limites de ses attitudes.
• Se détendre : Travailler la confiance et l’estime de soi via des activités ludiques peut également l’aider à un certain lâcher prise. Le but étant de la reconnecter à ses émotions. Lui faire comprendre que prendre plaisir dans la vie est possible !

Par Marielle Korn

Marielle KORN Psychothérapeute
Cabinet de thérapie et de développement personnel, hypnose et PNL
72 av. de Cheverny – 44800 St Herblain
www.cabinetkorn.fr – 02 51 78 65 60

5 commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bonsoir

    Votre article décrit parfaitement mon ex-épouse. Tout y est.
    J’ai compris qu’elle était psychorigide peu de temps avant le jugement du divorce après plus de 25 ans de mariage.
    Je crois que beaucoup de choses viennent du fait qu’elle n’a quasiment pas connu son père.
    Au début de notre relation, elle se décrivait elle-même comme « froide et sophistiquée ».
    Ma crainte est que son comportement ait déteint sur mes enfants.
    Avec le recul, je vois que son comportement a aussi déteint sur moi et sur nos relations avec les autres (famille, amis).

    Répondre
  2. Face a une personne psychorigide, s’il n’y a pas de danger particulier… je la laisse tourner sur elle meme : elle veut tout réjanter… ok alors elle fera tout le boulot – car bien sur je m’arrangerai pour ne pas pouvoir le faire (quand c’est possible)… pour ne pas etre critiqué, je lui demanderai comment faire, jusque dans les plus petits détails, et bien sur, stop immédiat si un pb imprévu surgit… et retour vers le psychorigide…
    J’ai déjà testé, au bout d’un moment le psychorigide, fatigué, accepte de déléguer, et est moins difficile…

    Répondre
  3. Bonjour,
    Je vis autour de psycho-rigides depuis mon enfance et particulièrement ma Mère et désormais mon demi-frère ( frère utérin il parait c ‘est comme çà qu’on dit ..) avec qui j’entretiens par nécessité un dialogue que je qualifierai de sourds puisque lui est un psychorigide et qu’il est mon voisin ..depuis un an et demi je deviens fou, malade, je ne peux et ne veux plus travailler j’ai grossi de 13 kilos et viens de me séparer d’une personne que j’ai profondément aimé par passion durant deux ans mais j’ai réussi à m’en séparer parce qu’elle était aussi psychorigide et je crois aussi perverse -narcissique je voudrais me guérir mais je n’y arrive pas ..

    Répondre
  4. je me sens psychorigide, mais je ne suis pas d’accord avec votre définition.
    Je ne cherche pas à imposer mes décisions et points de vue aux autres. J’aime apprendre, connaître de nouvelles choses, et écouter le point de vue d’autrui. En revanche, j’aime « clouer le bec » de mes détracteurs par des arguments imparables (auxquels ils ne parviennent pas à répondre) ou par des textes juridiques précis ; je ne peux donc le faire que si j’ai effectivement raison. Sinon je m’abstiens.
    Mais j’évite de m’avancer si je ne suis pas sûre d’avoir raison…
    Pour moi être psychorigide c’est précisément rechercher et faire appliquer une règle (par exemple la Loi), mais je suis capable de remettre en question une règle qui apparait injuste, abusive, inopportune.
    et ne pas tolérer le manquement aux règles de savoir-vivre par exemple ; je n’admets pas les plaisanteries déplacées (presque toutes), l’incorrection, la familiarité sauf des personnes très intimes.

    Bien sûr ce trait de caractère rend inadapté et crée des difficultés sociales, mais je trouve offensant votre définition en ce qu’elle nous décrit comme cherchant à imposer nos décisions et points de vue.

    Cordialement

    Répondre

Publier un commentaire

Image CAPTCHA

*

Pin It on Pinterest