Au secours, je cours tout le temps !

Nous voilà déjà à la rentrée, les vacances et le farniente sont derrière nous et le rythme infernal de l’année va recommencer : les embouteillages, les réunions au bureau, les courses, emmener Axel au tennis, Clémentine à la crèche, préparer le dîner, vérifier les devoirs et j’en passe… votre emploi du temps est digne d’un ministre… sans parler des week-ends parfois aussi marathons !

Vous faites peut-être partie de ces gens qui courent sans cesse incapables de savourer l’instant présent ? Cependant rassurez-vous : il est possible, même avec un emploi du temps bien rempli, de ralentir votre rythme et d’éviter ainsi l’épuisement qui vous guette.

« Je suis constamment sous pression entre mon travail et ma vie quotidienne où je dois tout gérer, j’ai l’impression de courir toute la journée et que je n’ai jamais assez de temps pour tout faire ; du coup je mets la pression à tout le monde et je me sens épuisée et déprimée » confie Isabelle.

D’où vient le besoin de tout faire vite ? Après quoi toutes ces personnes courent-elles ?
La lenteur est une vertu bien peu appréciée de nos jours où tout va très vite. Les « lents », ceux qui d’après certains critères « ne font pas grand chose de leur journée » sont considérés comme des fainéants : il faut être adaptable et rapide, savoir tout faire, avoir les derniers gadgets qui permettent d’être joignables à tout moment : plus on en fait mieux on se sent !

L’époque actuelle est à « tout et tout de suite », vous pouvez être sur un autre continent en quelques heures, rencontrer l’âme sœur en 7 minutes, cliquer et commander un nouveau canapé, il devient de moins en moins facile de céder à toutes ces promesses de toujours « mieux » et « plus vite ».

En fait comme Isabelle, ces personnes constamment dans la précipitation et dans le « faire » tentent d’échapper à une faible estime de soi. En multipliant les activités, elles cherchent à l’extérieur ce qu’elles n’ont pas à l’intérieur : elles remplissent le temps pour se remplir d’elles-mêmes.
Ainsi être tout le temps débordées leur permet d’échapper à l’angoisse du vide qui leur est inconsciemment insupportable, elles rêvent de « pouvoir prendre du temps » mais en fait dès qu’elles ralentissent un peu leur rythme, la conscience de ce vide intérieur les rattrape ! Elles constatent alors que leur vie n’est pas vraiment celle dont elles rêvaient !

Cette façon de se jeter dans la vie résulte d’un manque de sécurité affective (souvent provenant de l’enfance) qu’il faut comprendre et travailler afin de chercher un comportement plus adapté et retrouver ainsi une vie plus sereine, et remettre du plaisir dans votre quotidien où il n’y a souvent que des « je dois » et des « il faut », voilà votre objectif…

… Alors que faire ?
D’abord dîtes-vous bien que vous n’êtes pas votre comportement ! En conséquence changer est possible.Bien sûr le plus efficace est de se faire aider ; vous pouvez aussi suivre ces quelques conseils :
• Forcez-vous (au début) à vous concentrer sur ce que vous êtes en train de faire, le but est de redevenir consciente de vos actes et de leur but, de reprendre plaisir à ce que vous faites : prendre son petit déjeuner, se maquiller, écouter ses enfants et même apprécier de faire les courses !
• Apprécier l’instant présent est essentiel pour apprivoiser le temps, vous devez penser « ici et maintenant » et non demain et les prochaines vacances.
• Reprendre une activité créatrice telle que la musique, la sculpture, la peinture…

Par Marielle Korn

À méditer : 
« La vie est un voyage et le but de ce voyage n’est pas d’aller vers une destination précise. Le voyage lui même est votre destination, la qualité de ce voyage est de votre responsabilité »

À lire : 
Eloge de la lenteur de Carl Honoré (Marabout)
Porte d’accès au moment présent de Ekhart Tolle (livre audio)

Marielle KORN – Cabinet de thérapie et de développement personnel, hypnose et PNL
72 av. de Cheverny – 44800 St Herblain
www.cabinetkorn.fr – 02 51 78 65 60

Retour haut de page