Partager cet article

A la une / Blog / Focus

EVASION : le Cambodge, terre aux mille visages

EVASION : le Cambodge, terre aux mille visages

Que ce soit en vélo, en bateau, en deux roues, en bus ou sur le toit d’une charrette, le Cambodge se savoure comme une rencontre fascinante et déroutante, avec une terre aux mille visages et un peuple chaleureux, les khmères.

Récit et photos : Fanny Bassin

Intégré à l’Indochine Française dès 1887, le Cambodge prend son indépendance en 1953. De cette ancienne domination reste une architecture coloniale, notamment le long des grands boulevards, quelques délicieuses boulangeries et la langue française, pour les plus âgés. Ces mêmes, ayant vécu il y a 42 ans, l’entrée des khmères rouges dans Phnom Penh, où en seulement quatre années, le tyran Pol Pot, élimina plus d’un quart de la population.

Pays frontalier de la Thaïlande, du Laos et du Vietnam, le Cambodge est à 90 % bouddhiste. Culture ancestrale, terre aux multiples parfums, patrimoine historique et lieux sacrés, sont un trésor pour les sens. La cuisine, aux saveurs parfumées d’épices, est divine. Capitale grouillante et trépidante, Phnom Penh est entourée de petits villages émergeants d’une nature flamboyante à perte de vue : rizières, cocotiers, palmiers à sucre…

Voici mon itinéraire de voyage…

Jour 1 : Arrivée au Cambodge depuis la province de Trat et entrée sur le territoire khmère. Ville fantôme, poids lourds sur le bas-côté, sollicitations permanentes… Nous repartons finalement sur deux scooters, avec nos sacs de 20 kilos chacune jusqu’à Pailin, puis Battambang. Superbes paysages et situations cocasses, la route fut une belle aventure.

Jour 2 : Visite de Battambang et sa campagne environnante. Ancienne ville coloniale, avec un grand marché central, c’est dans une ambiance bucolique (et très chaude) que nous avons découvert le charme de cette ville. Ici, vous pourrez découvrir les Killing Cave et ainsi rencontrer… des chauves-souris, ou prendre le Bambou train au coucher du soleil.

Jour 3 : Départ à 7h pour Siem Reap, en bateau. Trajet épique en pick-up pour arriver à l’embarcadère mais paysages à couper le souffle, nous partons pour six heures de bateau sur le Tonlé Sap. Villages flottants, quotidien des habitants sur terre ou fleuve, pas de grand luxe mais une belle ballade au détour. Arrivée à Siem Reap, nous flânons dans les allées du marché de nuit : street food et jus d’avocat frais, la nuit s’annonce douce et reposante.

Jour 4 : Location d’un scooter pour explorer la ville, traverser l’ancien quartier colonial, longer les berges du Tonlé Sap. Le scooter est le moyen de transport idéal, pour se perdre, chercher, trouver (ou pas), se reperdre (sûrement), et puis juste rouler, s’arrêter, discuter et regarder tout, partout.

Jour 5 : Départ à 5h en vélo pour les temples d’Angkor. Il faut 15 kilomètres (et une crevaison pour ma part) pour rejoindre le site et bien plus pour le découvrir. Plus grand site archéologique du monde avec ses 40 000 hectares, patrimoine millénaire inscrit à l’Unesco. Angkor, mondialement connu, est une légende vivante.

Jour 6 et 7 : Visite d’Angkor

Quelques temples…

Angkor Vat : Le plus grand des 287 temples du site. Incroyable par sa taille mais aussi pour la finesse des sculptures et des bas relief. Attardez-vous sur les 600 mètres de fresque avec plus de 2 000 apsaras (nymphes célestes)… Magique.

Bayon : Le temple aux 216 visages. Restez un instant immobile et observez quelques minutes tous ces visages, les expressions sont toutes différentes… Bienveillance, force, autorité… c’est particulièrement fascinant.

Ta Promh : Mon coup de cœur. Il est de loin le plus chaotique, celui où la nature se fait puissante et bruyante. On peut sentir les pierres glisser, se décaler au fur et à mesure que les plantes, les lichens, les troncs d’arbres s’installent, massivement.

Tai Nei : Situé dans le cœur de la jungle, c’est un petit temple, un peu éloigné et pas encore restauré. Pour les aventuriers en quête de solitude, il est parfait.

Photo : Angkor Vat

Jour 8 : Direction le bus (de nuit), jusqu’à Phnom Penh. Arrivée de nuit, la capitale est déserte. Les odeurs du marché encore présentes, nous laissent imaginer les minutes précédentes où la foule battait son plein. Il ne reste que quelques chats et chiens errants, cherchant nourriture pour la nuit. Nous, nous cherchons une chambre.

Jour 9 : Changement d’hôtel (très tôt) car l’urgence de la veille nous a donné bien du mal à fermer l’œil. Puis découverte de Phnom Penh, du Musée du Génocide qui nous laisse une profonde émotion. Visite du Palais Royal et du Musée National du Cambodge. Le coucher de soleil face au Mekong est merveilleux.

Jour 10 : Départ à 7h, en bus pour Kampot. Découverte des campagnes environnantes et de son fameux poivre, considéré comme le meilleur du monde. Dégustation le soir du célèbre Lok Lac, un bœuf mariné au citron ou au poivre avec un œuf frit et des oignons.

Jour 11 : Location de scooter et ascension des collines du parc national du Bokor (deuxième crevaison !). Ancienne station balnéaire du Bokor Mountain Hill Station, devenue ville fantôme. La visite de l’immense casino, au sommet de la montagne, vaut le coup d’œil. La vue sur le sud du Cambodge et le Vietnam de l’île de Phu Quoc, aussi.

Jour 12 : Direction le Secret Lake, en scooter. Après quelques centaines de bosses sur les chemins de terres ocres et arides, nous arrivons. Belle étendue d’eau et superbe vue. Nous profitons de ce moment pour nous reposer quelques instants.

Jour 13 : Excursion à Kep, en passant par les marais salants (seule région du Cambodge à produire du sel), et rencontres passionnantes au détour des plantations de poivre blanc, noir, rouge.

Jour 14 : Direction Sianoukville pour prendre directement un speed boat nous emmenant à Koh Rong. Une des plus grandes îles du Cambodge mais pourtant encore (un peu) sauvage. Trois jours de bonheur intense entre plages de sable blanc et eaux cristallines.

Jour 15 et 16 :  Koh Rong

Jour 17 : Retour sur Phnom Penh dans la matinée et départ pour la Thaïlande – Direction Krabi !

Partager cet article

Hélène Numéro CHIK
So Chik : chef de projet en communication et publicité.

Publier un commentaire


Oui Non