On triche ! Et alors ?

Ce n’est pas parce qu’on frise naturellement la perfection qu’on résiste à la tentation de tricher un peu ou énormément ! Le point sur ces artifices indolores qui durent dans le temps…

Tout est perfectible ou presque, mais une fois qu’on a goûté à ces procédés bluffants de naturel, difficile parfois de retrouver son allure originelle !

Des traits bien dessinés 
Plus besoin de se jeter sur le makeup au saut du lit grâce à la dermographie esthétique. Le principe ? La même technique que le tatouage en plus superficiel et donc indolore, et pour un maquillage semi-permanent : les pigments s’estompent entre 1 et 4 ans. On redessine une bouche, on repulpe en colorant des lèvres trop pâles : pour de l’ultra naturel, on choisit un pigment bois de rose et on évite un lie de vin difficile à assumer pendant 2 ans ! Un trait noir ou de couleur intensifie le regard, les sourcils sont redessinés et densifiés. Et on peut aussi s’offrir un grain de beauté ou quelques taches de rousseur. Le résultat semble un peu trop marqué après la séance ? Normal, les pigments éclaircissent d’environ 40 à 50% au bout d’une semaine. Et pour être tout à fait sereine, on demande le book « avant-après » de la dermographe, histoire de s’assurer de la précision de sa « plume » !

Des yeux de biche 
Recourber ses cils et les épaissir à grand renfort de mascara ? On oublie et on les remplume grâce à des extensions qui n’ont rien à voir avec des faux-cils ordinaires ! L’application de ces cils en micro-fibres se fait un par un – prévoir 2h pour 60 à 100 cils par œil – à l’aide d’une colle spéciale, sans toucher à la peau. On choisit la longueur, la courbure et la couleur, pour les perdre ensuite au même rythme que nos vrais cils. Et pour un résultat au top, on entretient toutes les trois semaines. Superbe, mais chronophage.

Une crinière de lionne
Un volume fla-fla, une repousse qui s’éternise, une coupe qui flanche ? On triche sans état d’âme, avec plusieurs techniques d’extension, selon la nature de nos cheveux. Epais, ils gagnent en longueur avec des mèches clipées à la base du cheveu. Sur cheveux plus fins, les extensions sont fixées à chaud ou à froid par un point de kératine et tiennent entre 3 et 6 mois. Le bémol ? Perdre une mèche sur l’oreiller ou à table, embarrassant dans certaines circonstances ! Et attention aux shampoings et aux brushings intempestifs ! Mais ces cheveux naturels se fondent dans la masse pour un résultat souvent spectaculaire.

Des cheveux domptés
Lissage brésilien ou japonais ? Le premier est un soin profond à base de kératine qui adoucit les boucles, lisse sans raidir, sublime le cheveu sec ou abîmé et élimine les frisottis. Au final, des cheveux brillants et superbes, surtout quand on renouvelle l’opération tous les 4 mois. Le lissage japonais, lui, est permanent : le cheveu est remodelé, figé et raidi grâce à des injections d’éléments nutritifs. Mais il repousse, et il faut penser aux retouches tous les 6 ou 8 mois.

Des ongles nickel 
Faux ongles en résine ou en gel ? Là encore, c’est selon. La résine est parfaite pour rattraper des ongles dévitalisés, mous ou rongés. Le gel est plus naturel, brillant et solide. En couleur, il remplace avantageusement un vernis. Mais dans tous les cas, il faut repasser par la case remplissage toutes les 3 ou 4 semaines. Autre coup de bluff, les Minx, classiques ou ultra-graphiques : un procédé américain et une technique de pose par thermo-collage, pour une leur tenue impeccable pendant 10 jours.

Un sourire de star
Les « bars à sourire fleurissent », séducteurs en diable. On se fait coacher par le pro pour nettoyer nos dents, choisir la teinte, mettre en place la gouttière qui contient le gel blanchissant boosté par une lampe spéciale. 20 mn plus tard, on rince et on sourit. Les plus réticentes peuvent passer par leur cabinet dentaire. Evidemment, quand on fume, qu’on boit du vin rouge, du thé ou du café, on revient plus souvent !

Au final, la note s’avère assez douloureuse quand on coche toutes les options, entretiens en prime. À budget égal, de quoi partir chasser le naturel aux Maldives tous les ans. Et loin du regard des autres…

Par Anna M. Mullan

Retour haut de page