Quand la déco a de l’âme et de l’esprit

Nous connaissions Eric Guérin pour l’inventivité et la poésie de sa cuisine étoilée. Au cœur de la Brière, la [MAO], raconte sa passion pour l’authentique, l’audace et le savoir-faire. Une bien vibrante leçon de déco.

Cette maison là est sienne et témoigne d’un goût avéré pour le beau et le narratif, la mémoire et la modernité. Elle est nôtre aussi, parce que nous nous y sentons bien ! Et nous rappelle qu’en déco il faut avoir du cœur et de l’esprit, oser les associations de styles et de matériaux, inviter généreusement la nature et oser aller au delà du convenu et des références habituelles.

La lumière et la transparence sont omniprésentes : les extensions vitrées sur toute la hauteur de la façade et du pignon font entrer le soleil matinal à flots, les tables semblent longer le chemin d’eau qui conduit à la maison, la volière d’intérieur, entièrement réalisée en verre, accueille ses oiseaux multicolores. Les panneaux de verre sérigraphié du patio cloisonnent sans fermer l’espace, les feux de cheminée crépitent aux premières heures de la journée. Des sols changeants rythment les pièces de vie toujours ouvertes de la maison : le marbre vert évocateur des marais prolonge le chemin d’eau dans l’entrée, le verre sablé fait la transition avec la pierre, authentique et terrienne tandis que les plinthes en acier brossé soulignent la modernité et conduisent la lumière. L’air, l’eau, le feu et la terre sont réunis, les 4 éléments dialoguent à l’infini.

Les suites sont autant de cocons différents et protecteurs, toujours ouverts sur des jardins qui préservent l’intimité

La blancheur d’un mur de pierre chaulé et un papier peint anglais baroque dialoguent au salon : la préciosité d’une horloge en marqueterie et nacre du 19ème siècle renvoie à la sobriété d’un guéridon en laque noire encadré par des fauteuils recouverts de pied de poule gris et blanc. Les cages diffusent une lumière dorée qui éclaire le polychrome délicat d’un meuble ancien tibétain et le dossier sculpté d’un canapé indien.

Les suites sont autant de cocons différents et protecteurs, toujours ouverts sur des jardins qui préservent l’intimité. Toiles abstraites, sièges profonds ou baignoire sculpturale : tout incite au bien-être et à la rêverie contemplative.

Œuvres d’art et objets chargés d’âme ponctuent l’ensemble de cette maison multiple, généreuse et singulière. La modernité devient passeur d’histoire et d’émotions, raconte les voyages et les découvertes, témoigne d’un savoir-faire pluriel qui traverse l’époque, les océans et les marais. Un lieu de vie, une île dans l’île.

La Mare aux Oiseaux
Pour y manger, y dormir, y vivre… ou simplement prendre un thé devant la cheminée.
162 Fedrun à Saint-Joachim
02 40 88 53 01
www.mareauxoiseaux.fr
Retour haut de page